Milton H. Erickson

4 articles

Milton Hyland Erickson est l’inventeur de l’hypnose ericksonienne.  Médecin psychiatre il a aidé des milliers de patient grâces à son approche, sa philosophie,  de l’hypnose et de la thérapie! Cette approche il l’a, d’abord, développé  pour lui même. Il a souffert tout au long de sa vie de différents handicapes, daltonien, insensible au rythmes… Atteint de poliomyélite à l’age de dix-sept ans il conservera toutes sa vie des douleurs et des

 

Atteint de poliomyélite à l’âge de dix-sept ans, Erickson a été une figure emblématique du « guérisseur blessé », expérimentant sur lui-même, lors de sa réadaptation, certains phénomènes qu’il met ensuite en application dans l’hypnose thérapeutique1.

 

En 1919, à l’âge de 17 ans9, Erickson contracte une forme grave de poliomyélite6. Un soir, alors qu’il est au plus mal, alité dans sa chambre, il entend un médecin dire à sa mère dans la pièce voisine que son fils sera mort le lendemain matin. Erickson raconte comment il demande à sa mère de déplacer son lit de manière à pouvoir voir le coucher de soleil une dernière fois avant de mourir. Il vit alors ce qu’il appelle une expérience d’autohypnose, au cours de laquelle il ne voit que le coucher de soleil, faisant abstraction de l’arbre et de la barrière qui entravent sa vue par la fenêtre10. Il sort totalement paralysé d’un coma de trois jours, seulement capable de parler et de bouger les yeux9. Ne pouvant bouger, il meuble son ennui par des jeux d’observation, par lesquels il développe une capacité à percevoir les signes non verbaux émis à la limite du seuil de perception. Il observe, en voyant ses sœurs discuter entre elles, que souvent le langage verbal dit une chose alors que le langage du corps en dit une autre11. « Elles pouvaient dire « oui » et penser « non » en même temps … j’ai commencé à étudier le langage non verbal et le langage corporel »12. Ses efforts pour se rééduquer l’amènent à redécouvrir par lui-même beaucoup des phénomènes classiques de l’hypnose et la manière de les utiliser à des fins thérapeutiques6. Erickson raconte : « Je ne pouvais même pas dire où se trouvaient mes bras et mes jambes dans mon lit. C’est ainsi que j’ai passé des heures à essayer de localiser ma main, mon pied, ou mes orteils, en guettant la moindre sensation, et je suis devenu particulièrement attentif à ce que sont les mouvements »

 
Demandez à être rappelé pour tous renseignements complémentaires.
Shaff Ben Amar
Cabinet d’Hypnose sur Bourg-La-Reine (92340) et à Paris (75) et en Île de France